Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 07:46

Mme Olive Lembe Kabila, épouse de Joseph Kabila

 

Plusieurs sources m’ont informé que la First lady de la république Démocratique du Congo, Olive Lembe était impliquée dans plusieurs dossiers sales d’extorsion et d’escroquerie, mais je ne pouvais pas me rendre compte de cela.

Effectivement, c’est pendant les festivités qu’un correspondant me contactera pour que je puisse suivre la chaîne nationalecongolaise, au motif qu’il y avait un reportage sur les bienfaits de la First Lady sur le plan social. Lorsque j’allume la télé, je vois effectivement Madame Olive Lembe entrain de déclarer en s’adressant aux sinistrés, “ce que je vous emmène est la contribution de nos partenaires.”

Imaginez mon choc!

Après plusieurs investigations, il s’avère que Madame Olive Lembe et la famille de Joseph Kabila sont dans plusieurs réseaux mafieux avec des Libanais, des Indiens, des Chinois et quelques expatriés européens. Ils sont dans des dossiers louches qui détruisent le tissu économique de la RDC, en contrepartie, ils leur donnent des grosses faveurs.

C’est l’une des raisons pour lesquelles elle conseille à son mari de ne pas abandonner le pouvoir, et il n’y a que les profiteurs du régime tyrannique de Joseph Kabila dont Kalev Mutondo qui pensent qu’il faut utiliser tous les moyens pour que Joseph Kabila demeure au pouvoir après son deuxième mandat.

D’après un étudiant de l’Université de Kinshasa, il préfère rappeler à Kalev Mutondo qu’on disait à Mobutu « Mokako swa », mais comment est-ce qu’ a été sa fin ?

 

Source:La Voix de l’Afrique au Canada

 

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 13:25

 

Joseph Kabila, est-il réellement l’homme qui a ordonné de tuer Mzee Laurent Kabila pour le remplacer?

Selon plusieurs sources qui ont fait l’enquête sur la mort de Mzee Laurent Désiré Kabila, je confirme cette analyse de monsieur Kapika dont nous vous publions une grande partie:

“Ces zones sombres sur la mort de Laurent Désiré Kabila que personne ne veut éclairer, ont déjà versé beaucoup d’encre sans que le mystère qui les entoure ne soit dévoilé.

Loin de nous l’idée de fournir ici les causes cachées et l’identité définitive des véritables auteurs de cette tragédie qui fait désormais de la politique congolaise une saga.

Cependant, tout en découvrant quelques circonstances qui ont précédées et suivies la tragédie de l’assassinat deLaurent Désiré Kabila, jusqu’à l’ascension de Joseph Kabila au sommet de l’État, nous ne pouvons qu’être inquiétés par la concordance, la cohérence et la convergence de ces faits qui le placent au centre de la suspicion.

*Examinons donc les principaux éléments qui ont été fixés avant la tragédie proprement dite:

-ACTE I: Kinshasa, Octobre 2000: arrestation de Mme SIFA Mahanya

Mme SIFA Mahanya, présenté à tort comme étant la mère biologique de Joseph Kabila, est congolaise, et c’est l’une des nombreuses «épouses» déclarées ou connues de LD Kabilaavec qui elle a eu 6 enfants nommés: Joséphine, Cécile, Masengo, Gloria, Kiki et Maguy. Mme Sifa vivait avec son mari dans le Palais de Marbre, la résidence officielle du chef de l’Etat quand à la fin d’Octobre de l’année 2000, Laurent Désiré Kabila a un inconfort sévère après un repas. Les examens médicaux pratiqués immédiatement diagnostiquèrent un empoisonnement.

Les enquêtes menées par le personnel de la sécurité présidentielle soulevèrent un faisceau d’indices sérieux qui convergèrent vers Mme SIFA, qui sera accusée de tentative d’assassinat de son mari et est immédiatement arrêté sur ordre de LD Kabila, et emprisonnée à la prison de Makala dans le pavillon N. 10.

-ACTE II: Kinshasa, le 11 Janvier 2001: l’exfiltration de Mme Sifa du centre pénitentiaire

Derrière le dos de L.D Kabila, Joseph Kabila organise l’exfiltration de la prisonnière de sa cellule, avec la complicité du directeur de la prison, M. Kelly DIDO KITUNGUA.

Mme Sifa Mahanya est immédiatement transférée secrètement à Lubumbashi où elle est logée dans un endroit tenu secret.

-ACTE III: Lubumbashi, le 12 Janvier 2001: LD Kabila est conseillé d’annuler son voyage au Cameroun

Le lendemain de l’exfiltration de Mme Sifa Mahanya, Joseph Kabila contacte son «père» qui s’apprêtait à voler vers Cameroun pour participer au Sommet mondial de langue française.Joseph conseille Laurent Désiré Kabilade ne pas aller au Cameroun sur base de renseignements fiables en sa possession, des renseignements faisant thèse d’un complot contre le président de la RDC. Laurent Désiré Kabila qui se confie profondément à son «fils» annule son voyage au Cameroun. De Lubumbashi, où il était, le chef de l’Etat revient directement à Kinshasa.

-Acte IV: Kinshasa, le 15 Janvier 2001: Joseph Kabila ordonne le désarmement de la garnison de Kinshasa, puis il quitte la hâte à Lubumbashi.

Le jour avant le drame, sur l’ordre de Joseph Kabila, tous les militaires FAC de la garnison de Kinshasa sont désarmés sans aucune explication. Bien plus, le colonel Eddy Kapendreçoit des ordres stricts de Joseph Kabila de procéder à l’arrestation du chef du renseignement extérieur de l'(ANR / DE), M. Ismaël Tutwemoto. C’est M. Leta Mangasa, le général en chef de l’ANR chef Administrateur général qui exécute cette arrestation. Après avoir pris toutes ces mesures apparemment «inexplicables», Joseph Kabila s’envole rapidement et discrètement à Lubumbashi d’où il fait un voyage mystérieux en dehors du pays.

-Acte V: Kinshasa, le 16 Janvier 2001: Laurent Désiré Kabila est tué

Au milieu de la journée, des coups de feu se font entendre au palais des marbres, la résidence présidentielle.Laurent Désiré Kabila est grièvement blessé à la tête, meurt peu de temps après, avant même d’être chargé sur l’hélicoptère qui le transporte à l’hôpital privé Ngaliema.

C’est à la nuit tombée que Joseph Kabila donne l’ordre d’ouvrir l’aéroport de N’Djili fermé depuis l’annonce de la tentative de coup d’Etat, spécialement pour lui, pour permettre l’atterrissage de son avion en provenance de Lubumbashi. Ce comportement de Joseph Kabila semble à tout le moins étrange.

Comment se fait qu’un “fils”, qui suit minutieusement la sécurité de son “père” jusqu’à la veille, et qui conseille l’annulation de son voyage au Cameroun, car un danger mortel imminent se projetterait, et curieusement à l’annonce de l’attaque sur son «père», ce «fils” soit resté cloîtré à Lubumbashi, à seulement 2 heures de vol de Kinshasa, et rejoint la capitale qu’à la fin de la journée, plusieurs heures après la mort de son père?

Où était-il passé la journée?

Qu’est-ce qu’il faisait pendant tout ce temps?

D’où provenait-il vraiment?

Lubumbashi n’était-elle pas une diversion?

Autant de questions sur les causes sous-jacentes de la mort de Laurent Désiré Kabilaauraient dû être examinées. Cependant, nous avons travaillé pendant des années pour connaitre la vérité, et aujourd’hui, de nombreux témoignages enregistrés sont examinés.

Les témoignages formels du personnel médical congolais qui avait reçu le corps de Laurent Désiré Kabila à l’atterrissage de l’hélicoptère confirment fortement que le président congolais était bien mort avant son arrivée à l’hôpital privé.

Cependant, Joseph Kabila, qui avait pris le contrôle des opérations autour de “son père”, a ordonné le transfert du corps de Laurent Désiré Kabila à Harare au Zimbabwe. Il multiplie ensuite des communiqués trompeurs adressés au peuple congolais pour le persuader que son président était ainsi vivant.

Dominique Sakombi sait beaucoup à ce sujet, puisque c’est lui qui informait à la télévision nationale la supercherie. Au contraire, Louis Michel qui à l’époque était ministre des affaires étrangères belges sera le premier à annoncer la mort de LD Kabila le 16 février vers 11h00 “T.U”: Comment un ministre des affaires étrangères belges se trouvant à Bruxelles est au courant de la mort du président d’un pays qui se trouve à 8000 km de distance, et annonce sa mort avant tout le monde, alors que les organes officielles de ce pays démentent la nouvelle?

Pourquoi cette mascarade et ces mouvements macabres autour de la dépouille mortelle d’un président de la République? Un autre mystère!

Mais le dossier détaillé de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila fera l’objet d’une autre instruction.

*LOI VI: Kinshasa: Au cours des funérailles, Sifa Mahanya est présenté au public comme «veuve éplorée», puis comme «mère biologique» de Joseph Kabila!

Pendant les funérailles de Laurent Désiré Kabila à partir de Harare et jusqu’au 23 Janvier 2001, avec l’enterrement à Kinshasa, Mme Sifa Mahanya, la prisonnière exfiltrée de sa cellule cinq jours avant l’assassinat de M’zee, cachée à Lubumbashi jusqu’ici, sort de sa cachette et est propulsée sur la scène national. Elle est soudainement présentée à la presse nationale et internationale comme «la veuve éplorée» du président défunt, et la “mère” biologique de Joseph Kabila qui vient de prendre la place de son “père” dans des conditions que nous connaissons.

Cependant, dans sa vie, pendant toute la guerre et pendant son mandat à la tête du pays, Laurent Désiré Kabila n’a jamais montré officiellement la «première dame» au peuple congolais. En d’autres termes: son épouse officielle parmi sa douzaine de femmes, et celle qui a été présentée comme «la veuve éplorée” a été exfiltrée de la prison où elle a été détenue pour tentative d’assassinat sur son mari par empoisonnement.

Et l’auteur de cet exfiltration est celui-là même qui a pris le siège de la victime, et dont Mme Sifa donne pour la première fois, le témoignage honorable d’être «sa mère biologique”. L’élaboration de ce scénario du début à la fin, contient des erreurs vulgaires qui appellent à tous les Congolais de se questionner à propos de cette tragédie que la République démocratique du Congo traverse.

Que Dieu bénisse le Congo et le peuple de l’Afrique”

Monsieur Kapika qui a fait un travail excellent a prouvé que Joseph Kabila doit rendre des comptes au peuple congolais, et libérer la plupart des prisonniers accusés injustement du meurtre de son père adoptif, Mzee Laurent Désiré Kabila.

Dans un pays de droit, tout ceci devrait constituer des pistes pour commencer une vraie enquête. Ce n’est pas le cas. Des innocents ont été arrêtés et les vrais tueurs vaquent tranquillement a leurs occupations. Mais, tot ou tard, les vrais coupables de la mort de Mzee Laurent Kabila seront condamnés.

source:La Voix de l'Afrique au Canada

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 22:18

Suivez l’interview de Mbusa dans CKS en bas de la page et relisez l’interview de Jaques Mumbere, pour mieux comprendre leurs raisons de pointer du doigt Joseph Kabila comme l’un des commanditaires de l’assassinat du colonel Mamadou Ndala.

Cela fait des mois que l’Est de la RDC, et particulièrement la ville de Béni subit des atrocités qui ont fait plusieurs morts dans des conditions inhumaines. Le gouvernement pointe du doigt les ADF-NALU, mais jusque là, il n’y a pas eu d’arrestations ni d’Interventions majeures pour stopper ces massacres des habitants de Béni.

Dans le souci d’en savoir plus sur la vraie situation de cette partie de la RDC, La voix de l’Afrique au Canada VAC Radio a pu joindre monsieur Jacques Mumbere qui nous a confié que des proches de Mbusa Nyamwisi, un grand leader de cette partie de l’Est de la RDC, présentement en exil, avaient fait des enquêtes dans le grand Kivu pour savoir d’où venait ces tueurs sans foi ni loi qui les extermine chaque jour communément appelés les ADF-NALU.

Selon lui, « ces enquêteurs et détectives privés avaient commencé par se rendre à Rutshuru et dans plusieurs localités du Nord-Kivu pour leur demander si certains membres de leurs communautés s’étaient déplacés pour la ville de Béni. Tous les leaders interrogés avaient confirmé n’avoir vu personne quitter leur région pour aller à Béni. »

Ceci nous pousse à nous demander, d’où viennent ces tueurs, et qui sont derrière eux?

Pour plus de clarté, monsieur Jacques Mumbere nous a accordé une interview écrite :

Jean-Luc Kienge : D’où viennent ces gens?

Jacques Mumbere : Une personne habitant Rusthuru nous a dit que vers fin aout, Il y avait eu une sorte de mésentente entre la Tanzanie et le Rwanda, lorsque cette première avait demandé à Kagamé de négocier avec le FDLR.

Entretemps, la Tanzanie avait chassé tous les refugiés rwandais de chez eux, et la plupart avaient des vaches.

Jean-Luc Kienge : Que s’est-il passé?

Jacques Mumbere : Ces gens là sont rentrés au Rwanda. 32 mille familles à peu près.

Le Rwanda ne voulait pas de ces refugiés rwandais sur son sol.

Kabila est parti négocier en secret avec le Rwanda pour recevoir tous ces refugiés en RDC.

Jean-Luc Kienge. : Pourquoi Kabila voulait recevoir ces refugiés chassés de la Tanzanie?

Jacques Mumbere : Depuis longtemps, Kabila et ses stratèges ont un plan de balkanisation de l’est de la RDC et spécialement la région de Beni.

Jean-Luc Kienge : Comment est le plan de Kabila?

Jacques Mumbere : Auparavant, Joseph Kabila utilisait des Hutus FDLR pour commettre les crimes dans la région de Beni, en les faisant passer pour les ADF Nalu, des rebelles islamistes Ougandais.

Avec la présence de la Monusco et les contre-attaques de Mamadou Ndala (paix à son âme), Kabila a changé de plan.

Jean-Luc Kienge. : Quel a été le nouveau plan de Kabila?

Jacques Mumbere : Il avait 3 plans :

Le premier plan consistait à prendre un groupe de réfugiés et les emmener au Rwanda dans des camps de formation pour les former. Nous connaissons même là où les camps sont situés. Dans ces camps d’entrainement, les refugiés rwandais venus de la Tanzanie sont formés pour apprendre comment exterminer les habitants de Béni.

Le deuxième plan consistait à sélectionner parmi les refugiés venus de la Tanzanie quelques jeunes, et les réintégrer dans le M23, pour ensuite les réarmer en suivant une formation au Rwanda aussi.

Le troisième plan Kabila et ses complices ont pris des femmes et des enfants de refugiés venant de la Tanzanie qui sont miliciens, et les ont déplacés vers Bunia où ils les ont installés.

Jean-Luc Kienge : Pourquoi les ont-ils installés à Bunia?

Jacques Mumbere : Ils les ont installés à Bunia comme une base arrière. Lorsque ces miliciens font des descentes pour s’infiltrer et faire des massacres à Béni, ils se replient par après à Bunia.

Jean-Luc Kienge : Plusieurs personnes témoignent que lorsqu’ils tuent, ils disparaissent dans la nature sans trace. Comment expliquer cela?

Jacques Mumbere : Selon nos enquêteurs, ces tueurs sont des FDLR et Refugiés venus de la Tanzanie qui ont été intégrés secrètement dans les FARDC.

Quand ils disparaissent après avoir tué les habitants de Béni, ils rentrent seulement dans les camps militaires, ou portent l’uniforme militaire tout en vivant avec la population sans gêne. Et la nuit, ils viennent tuer la population sous la supervision directe de Joseph Kabila.

Comment expliquer que ces ADF-NALU ont toujours vécu au Congo depuis bien longtemps. Ils étaient là du temps de Mobutu, comment se fait-il qu’ils n’avaient jamais commis des massacres pareils?

Subitement, à la fin du mandat de Joseph Kabila, ils commencent à tuer sans qu’on en arrête même un pour présenter à la télévision…

La réalité est que ce sont des miliciens tueurs intégrés dans l’armée congolaise avec un commandement spécial, sous ordres de Joseph Kabila lui-même.

Jean-Luc Kienge : Parlez-moi de ces faux ADF NALU qui tuent à Béni. Est-ce que c’est juste pour permettre à Kabila de faire son glissement ou y’a-t-il autre chose?

Jacques Mumbere : Oui, il y a autre chose : « la Balkanisation de la population.

Voici les instructions reçues au Rwanda après leur formations », nous avait confié un informateur présent à la fin de la formation des certains mayiboko (des éleveurs de vaches) et les refugiés Rwandais venus de la Tanzanie :

« Allez en République Démocratique du Congo (RDC) et cherchez aussi des terres. Si vousvoulez un pays à vous, vous devez vous battre pour l’avoir pour vos enfants et vos vaches. Au Congo, il y a tout. L’argent, des richesses en abondance et des vastes terres qui vous appartiennent, et Béni est votre première destination avant de prendre toute la région de l’est par la guerre ou par la ruse »

Le manque à gagner pour la région de Béni depuis le mois d’octobre jusqu’aujourd’hui sur le plan économique est de 840 millions de dollars, selon l’évaluation des économistes proches de Mr Mbusa Nyamwisi.

 

Source:La Voix de l'Afrique au Canada

 

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 19:00

Trompé comme d’habitude par Kalev Mutondo et toute sa bande ainsi que ses conseillers occultes, qui ont dit à Kabila que le peuple congolais aime et adore ses artistes. Ainsi, il fallait le plus tôt possible décorer plus d’une centaine de personnalités, en leur donnant des prix (prix national du mérite de la culture et des arts), afin de s’attirer la sympathie de ces derniers. La cérémonie s’est déroulée dans le Hall du Palais du Peuple où les artistes corrompus et pro-Kabila se sont retrouvés pour avoir ces médailles.

Cependant, ceux qui sont avec le peuple et qui refusent le glissement, la non révision constitutionnelle et qui disent non au troisième mandat, ont refusé poliment les honneurs de dernière minute de Joseph Kabila.

Joseph Kabila, sachant que la cérémonie ne pouvait pas avoir un écho dans la population congolaise, il a envoyé la First Lady, Olive Lembe, pour jouer sa comédie habituelle où elle-même personnellement va se permettre de remettre à mains propres les heureux élus des gerbes de fleurs commandés de l’Europe pour un montant de 500.000 USD, en touchant chacun des lauréats comme si elle les aimait réellement.

Un analyste politique de Kinshasa, Monsieur Yowari Mponyo, que la Voix de l’Afrique au Canada a rencontré s’est dit révolté du comportement de Joseph Kabila et de son épouse, et promet de ne plus écouter la musique de ces artistes corrompus et qui soutiennent la dictature en République Démocratique du Congo.

Geoffrey Kazadi, correspondant de La voix de l’Afrique au Canada

vacradio.com

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 09:03

On se demandait encore pourquoi les Kin Key Mulumba, Evariste Boshab, Aubin Minaku et tous ces autres oiseaux de même plumage que ces trois derniers autour de Joseph Kabila criaient haut et fort des slogans tels que “Kabila désir” et “Kabila to tondi nanu te”.

En effet, ces derniers manigancent plusieurs stratagèmes afin que leur chef Joseph Kabila reste président à vie. Mais, pourquoi?

Eh bien, en accumulant les dettes, ces derniers ont oublié que le chef qui les protège n’est pas éternel, et que son mandat se terminait en 2016.

Incroyable mais vrai, le rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur la gestion du Fonds de Promotion de l’Industrie en sigle FPI a été déposé le 18 novembre 2015 entre les mains d’Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale. Mais vu le scandale et la hauteur de l’escroquerie effectuée par les membres de la Majorité Présidentielle au pouvoir, le Président de l’Assemblée nationale n’a pas le courage de statuer sur ce en plénière.

Un Député de la Majorité qui a requis l’anonymat nous a confié que dans cette majorité présidentielle de Joseph Kabila, il y a ceux qui mangent facilement et ceux qui sont considérés comme des rats pour juste ramasser ce qui tombe par terre. Cette catégorie « des rejetés » a pété les plombs. Et c’est ainsi qu’elle a décidé d’appeler la rédaction de La Voix de l’Afrique au Canada (vacradio.com) parce que cette dernière dit tout haut ce qui se dit tout bas.

« Comme plusieurs le savent surement déjà, le Fond de Promotion Industriel (FPI) prend l’argent du contribuable congolais à travers les industries et d’autres promotions », nous a-t-il confié.

Et il continue en nous informant que les responsables de cette institution ont créé une maffia non pas seulement avec les indo-pakistanais, mais aussi avec certains membres de la Majorité présidentielle qui sont au Gouvernement, au Parlement ou dans le milieu des affaires, et ces derniers font saigner les finances de la République Démocratique du Congo.

Selon lui, lorsque les financements sont donnés aux indiens et aux pakistanais, c’est moyennant de très fortes commissions.

Cela dit, nous publions la liste des escrocs de la République qui dilapident l’argent de l’État en toute quiétude :

  1. Madame MAKE A NZUZI Justine : 3.277.728,73 USD, elle est la concubine d’Evariste Boshab
  2. Madame Christine VAN DER HAEGEN : 3.206.866,29 USD, elle a payé 30% de commission pour avoir ce crédit
  3. Société MEDIA PRINT Sprl : 2.016.743,52 USD, fils de Madame Christine VAN DER HAEGEN, a aussi payé 30% de commission
  4. Monsieur PREM KARKERA pour la Société AFRICAN FOOD :

1er prêt : 1.191.298,00 USD et 2ème prêt : 3.089.566.500,00 FC (3.358.224,46 USD)

  1. Monsieur CHATOO SAFDAR pour la Société CONGO STORE (sujet Indopakistanais) :

1er prêt : 1.262.932.261,00 FC et 2ème prêt : 1.476.903,00 USD, a payé 30% de commission

  1. Monsieur BITETE BOPE (prête-nom) pour la Société MKT Sprl : 187.882.000,00 FC, Société d’Evariste Boshab
  2. Monsieur SASSY MABIALA EDI (prête-nom) pour la Société YSSAS ODE Sprl : 1.092.514,13 USD, Evariste Boshab
  3. Madame BAHATI MUNYANGE Christine (femme de Bahati Lukwebo) pour les Etablissements BAHATI TRADING CONSTRUCT : 1.865.513,37 USD
  4. Monsieur FADEL SALAH ZAIDAN pour la firme C.I.D.I. Sprl (sujet libanais) : 1.650.304,73 USD, a payé 30% de commission
  5. Monsieur MOUSSA ZABAD pour les Etablissements BELCO (sujet libanais) : 1.081.300 USD, a payé 50% de commission et s’est volatilisé
  6. Madame KAPINGA BAMBILA (concubine d’Evariste Boshab) pour les Etablissements TLM : 1.171.269.519,00 FC
  7. Madame BULAPE MIKOBI Lylie (concubine du DG de FPI, Constantin Mbengele) pour la Société FINESSE Sprl : 679.755,27 USD
  8. Madame Mimie Kasobo MBENGI (concubine du DG de FPI, Constantin Mbengele) pour Ets ESCOTERMI : 1.002.185,00 USD
  9. Monsieur Tryphon KIN-KEY MULUMBA pour Ets Finances Press Group : 397.670.124,00 FC, Ministre de son Etat, c’est l’une des raisons pour lesquelles il créé « Kabila Désir » pour le flatter et ainsi ne pas payer ses dettes, il doit démissionner du Gouvernement pour la crédibilité de la République
  10. Monsieur Aimé NGOY MUKENA LUSA-DIESE pour APKM Sprl Agro-pastorale (spécialiste des crédits, d’après nos sources il en plusieurs dans plusieurs banques, et il flatte Kabila pour rester dans le Gouvernement le temps pour lui de payer ses dettes) : 398.153.600,00 FC
  11. Monsieur MBUYU KABANGO Célestin pour Ets CEMKA (Ministre Honoraire de son Etat, Président de la Fondation Katangaise à Kinshasa, il trompe Kabila pour protéger ses intérêts) : 941.783,19 USD
  12. Monsieur BASENGEZI KATINTIMA Norbert pour Ets MAISON KARIBU (Ministre Honoraire et actuel Vice-président de la CENI) : 779.102,99 USD
  13. Monsieur MOPONDI MALOKA John pour la firme COGEB Sprl : 260.952,17 USD, a payé 50% de commission et a disparu dans la nature.

Il est impérieux que le Vice-président de la CENI ainsi que les Ministres impliqués dans cette maffia soient démis de leurs fonctions pour garantir une bonne distribution de la justice, et Aubin Minaku devra être considéré comme leurs complice.

Comme on peut le constater Kabila et sons systeme pillent le Congo comme ils le souhaitent pendant que la poperisation et la misere battent le record dans les foyers des Congolais et ce qui est etonnant ils veulent à tout prix se maintenir au pouvoir.

Mais Kabila et son systeme doivent savoir que l'exasperation du peuple Congolais est tellque tous les hommes politiques auront des comptes à rendre ça sera la chasse à l'homme.

 

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 22:27

Etat tyrannique : Kabila met en œuvre son plan NAZI!

Préoccupé par la réunion de ses opposants au Sénégal, Joseph Kabila n’exprime aucun regret à l'égard de celles et ceux qui gisent à même le sol dans les camps de la mort à Kinshasa. Il continue lui aussi de pourchasser les opposants à son 3ème mandat, sous une forme toujours aussi cruelle que le Burundi ,Djibouti et la Syrie : en appliquant la même méthode que dans les camps de concentrations nazis, avec l’appui de ses Goebbels et Himmler.

Le Général Célestin KANYAMA et le conseil pénitencier KIBWE exécutent ce macabre rôle sans le moindre regret. KANYAMA, le sécurutocrate, le Bad boy incarne le mal radical, l’esprit de mort, le patron de l’escadron de la mort. Il est l’homme le plus craint de la République dictatorial du Congo.

A Kinshasa, les prisons centrales de Maka et de Mbuji-Mayi ont cessé de jouer leur rôle pour devenir des camps de concentration où la faim et les travaux forcés, bref la banalité du mal est devenu le lot quotidien des prisonniers, tous condamnés à mourir!

Au Congo nous somme aujourd'hui à plus de 8 millions de mort et au quotidien les peuple Congolais continue à enterrer et à pleurer ses morts mais le gouvernement ne cesse pas de tuer et d'humilier ce peuple.

Notre combat est juste ne laissons la dictature nous affaiblir nous venons de loin avec ce combat malgré les trahisons des nos freres Congolais qui ont voulu leur propre interet que celui de la nation.

Faisons attention le destin du Congo c'est nous pour le meilleur avenir de nos enfants ne nous laissons pas aux petits jeux de mauvais gout de la part des hommes politiques tant du gouvernement et de l'opposition qui ont pillé et ont mit à genoux le pays hier ils n'ont pas des leçons à nous donner.

Disons non au dialogue et à la revision de la constitution il n'y a aucun interet pour nous peuple car les hommes politiques ils evoquent toute cette situation pour se maintenir au pouvoir à fin de continuer à detruire le pays; depuis que la gouvernance existe celle du Congo est une honte sans precedant.

Dans l'unité nous vaincrons nous devons purger la classe politique afin de donner un elan nouvel à notre pays tolerence zero vis à vis de tous les hommes politiques responsable de cette situation que le Congo est victime une situation sans precedent que l'humanité n'a jamais connue. 

  

 

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 21:55

Cet homme de la haute cour de justice en RDC, ensemble avec trente-neuf autres dignitaires congolais, dont nous avons épinglé dans cette nouvelle série qui n’est rien d’autre que “Joseph Kabila et les 40 voleurs”, et dont nous détenons des dossiers très compromettants, avec plusieurs preuves, si ils se faisaient connaitre au public, dans un État de droit, il ne devrait plus continuer à occuper son poste actuel de PGR et les autres 39 devaient occuper les scelles des prisons de la RDC.

Mais, je défie Joseph Kabila et tout son entourage, bien sûr si ils ont encore un peu de conscience dans leurs cercles, de commencer par démettre cet homme malhonnête, teinté dans plusieurs dossiers flous, et qui occupe présentement le poste de PGR en République Démocratique du Congo, connu sous le nom de Monsieur le Pasteur Flory Kabange.

Pasteur d’une église à Kinshasa, le PGR serait impliqué dans plusieurs cas d’escroqueries avec son ami, l’ex- Directeur de Cabinet du président de la république, monsieur Gustave Beya Siku.

Et aujourd’hui, Luzolo Bambi, avec la complicité et l’esprit de vengeance de son chef Kabila, veulent encore une fois, déguiser la justice congolaise, pour régler des comptes à leurs opposants d’opinions, jusque même au sein de leurs propres familles politiques de la Majorité Présidentielle.

Durant sa courte et fulgurante carrière, monsieur le pasteur Flory Kabange a pu se faire une petite fortune au détriment du contribuable congolais, fortune qui excède de loin son salaire mensuel ou même annuel :

– Il possède une ferme sur la route du Bas-Congo d’une valeur de $15 millions de dollars américains

– Propriétaire d’une chaine de télévision à Lubumbashi nommée Télé Héritage d’une valeur de $800 mille dollars américains

– Propriétaire majoritaire d’un grand journal d’enquête sur les crimes à Kinshasa, et dont la plupart des éléments d’enquêtes que ce journal publie, ont lui-même (Flory Kabange) comme source principale.

– Gère et produit un orchestre des musiciens chrétiens appelés les anciens de Sion qui voyagent à travers la RDC. Qui paie les factures de ces inombrables voyages ? Si c’est lui qui paie pour tous ces voyages, avec quel salaire se permet-il un tel luxe ?

– Propriétaire d’une très grande église de réveil à Kinshasa (Les anciens de Sion) qui vaut plusieurs millions.

– Il s’est accaparé d’à peu près cinquante maisons de l’État à travers la république pendant la période pendant laquelle il n’était qu’un simple magistrat, avec la complicité de certains de ses superviseurs et, par après, dans ses multiples magouilles avec Beya Siku et Néhémie Mwilanya, et ceci dans le rackèttage des libanais, des indo-pakistanais et des grecs en RDC.

– Il est impliqué dans la fabrication des faux dossiers et arrestations des plusieurs personnages qui gênaient ou étaient contre le pouvoir de Kabila ou encore un possible troisième mandat.

– Il possède une concession sur la route de l’aéroport de la Luano à Lubumbashi, qui a une valeur de $6 millions de dollars américains.

– Il serait entrain de construire un hôtel extrêmement luxueux de cinq étoiles à Kalémie.

– Il possède deux villas en Afrique du Sud, dans les quartiers les plus huppés du pays de Nelson Mandela à Johannesburg et Cape Town. Et ses deux villas, par peur que si il y a changement de régime, l’Afrique du Sud pourrait saisir les biens mal acquis , l’honnête Procureur Général de la République a préféré utiliser des noms d’emprunts (des faux noms pour sauver ses bijoux volés au pauvre contribuable Congolais, aux cas où la Kabilie venait à prendre fin)

Chers compatriotes congolais, après une telle liste des biens et des comptes bancaires qui s’élèveraient à plus des 100 millions de dollars, sans compter les multiples comptes bancaires à Dubaï et à Londres qui ne sont pas les fruits d’un travail à la sueur de son front mais le fruit issu d’un système de pillage systématique mis sur pied par leur club des voleurs dont il est membre, et va maintenant sortir au grand jour et doit commencer à mener des enquêtes sous ordre de la baguette magique de Kabila.

Si Kabila veut que ses plaintes déposées au PG soient prises au sérieux, il devrait commencer par démettre cet homme de ses fonctions parce qu’il doit aussi figurer sur sa liste des prévenus.

Car, soyons sérieux même pour une seconde en RDC, comment un homme pareil va être celui qui combattra les vols et les enrichissements illicites.

comme on peut faire constat le systeme en place n'est qu'une organisation des voleurs et à la tete il y a Kabila le chef de fil 

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 21:37

Ce n’est plus un secret pour personne, il y a eu des prisonniers de la Prison centrale de Mbuji-Mayi qui sont morts à cause du manque de nourriture, C’est-à-dire qu’ils ont passé plusieurs jours sans manger et ils en sont morts.

L’ONG Les Oubliés de la Planète avec son Directeur Exécutif, Monsieur Jean-Luc Kienge, a bien voulu mener des investigations pour savoir comment se fait-il que dans un pays qui se dit démocratique, et dans lequel son Premier Ministre Matata Ponyo parle de la croissance macroéconomique, des prisonniers puissent encore mourir de faim ?

C’est ainsi qu’un “kapita” de la prison centrale de Mbuji-Mayi nous a informé que leur malheur vient d’un certain conseiller pénitencier qui se nomme Kibwe.

Après investigations, il s’avère que le soi-disant monsieur Kibwe n’est autre que le neveu du Ministre Thambwe Mwamba.

Comment détournait-il la ration des détenus et des prisonniers dans toute la République ?

A titre illustratif pour la Prison de Makala, avant qu’Alexis Thambwe Mwamba, ne soit nommé Ministre de la Justice, il existait une association des fournisseurs de la Prison centrale de Makala, qui existait depuis quinze ans. Cette association était dirigée par un certain Faustin Kabunga.

Cette association fournissait à crédit le haricot, la farine de manioc et de maïs, le riz, l’huile palme, le bois de chauffage, poissons, etc.

Ils étaient payés par trimestre avec une bagatelle de 500.000 dollars américains.

Ce qui est vrai est que tous les produits énumérés ou livrés par cette association ne profitaient pas aux détenus et aux prisonniers, mais ils mangeaient peu.

Chose grave, dès qu’Alexis Thambwe Mwamba a été nommé Ministre de la Justice, il a retiré le marché à l’association que dirige Monsieur Faustin Kabunga et l’a confié à un Libanais dénommé Obieng de la société Delicious devenu par après SCOD.

Contrairement à l’association congolaise qui fournissait à crédit, la société du Libanais qui n’a pas d’expertise sur le marché, a commencé à être préfinancé par le Ministère de la Justice avant toute livraison pour une bagatelle somme d’argent de 300.000 dollars américains.

Et le fameux Libanais a l’obligation et le devoir de remettre au conseiller pénitencier Kibwe, 100.000 dollars cash et après, il lui appartient de se débrouiller avec les 200.000 restants pour fournir de la nourriture à la prison.

Comme le Libanais doit aussi se retrouver dans la combine, les pauvres détenus et prisonniers en souffrent, et ils n’ont pas assez à manger.

Et cette situation ne concerne pas seulement la Prison de Makala, mais c’est toute les prisons de la République Démocratique du Congo.

Que fera la justice congolaise maintenant que le Ministre de la Justice ne respecte pas la justice ?

Vont-ils encore une fois se taire ou vont-ils, pour une fois, faire un suivi à ce dossier ?

Par ailleurs, nous avons appris que le Premier-Ministre Matata Ponyo lui aurait convoqué et lui aurait reproché concernant ce vol de nourriture des prisonniers.

L’ONG ODP déplore ces comportements qui ne sont pas dignes d’un Ministre de la Justice et demande aux autorités compétentes de faire un suivi à ce sujet.

Ce gouvernement ne respecte pas la vie humaine des Congolais leur souci majeur est d'eliminer le peuple systematiquement je me pose la question de savoir jusqu'ou ce gouvernement va-t-il aller concernant le non respect de droit de l'homme ?

 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 21:03

Les tensions politiques se sont accrues à travers la République démocratique du Congo, alors que des dirigeants politiques et religieux, des militants, des étudiants ainsi que d'autres personnes se sont prononcés contre les changements proposés à la constitution et d’autres propositions qui permettraient au Président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir plus longtemps que les deux mandats consécutifs actuellement autorisés. Les autorités gouvernementales ont cherché à faire taire la dissidence au moyen de menaces, de violences et d’arrestations arbitraires. Dans l'est de la RD Congo, des dizaines de groupes armés restent actifs. Un grand nombre de leurs commandants sont à la tête de forces qui se sont rendues responsables de nombreux crimes de guerre pour lesquels peu d’entre elles ont dû rendre des comptes. Des militaires de l'armée congolaise ont également été responsables de violations contre la population civile qu'ils sont censés protéger.

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 20:05

Des sources proches de Mende, ont fait savoir que le président sortant, Joseph Kabila, a instruit à ses services de procéder dans les heures qui suivent, à la neutralisation de 33 ONGs rd-congolaises de défense de droit de l'homme, notamment l'ACAJ, chapeautées par Me Georges Kapiamba. Motif : ces ONGs mèneraient un activisme dangereux contre les actions du gouvernement.

Quelques médias nationaux et même internationaux ont reçu des ordres de ne plus diffuser les messages ou reportages de ces sérieuses ONGs au risque d'être fermés. Une enquête a été initiée, selon ce que Mende a rapporté, contre les responsables de ces organisations de défense de droit de l'homme. Pour Kabila et les siens, ces ONGs doivent disparaître.

Les actions contre les responsables de ces ONGs, pourraient être lancées au début de la semaine. Mende, affirmait que déjà à son niveau, il a écrit à son collègue de la justice, aux services de sécurité et au procureur général de la République, pour - exécution du complot contre les activistes de droit de l'homme.

Récemment, le même Mende, a fait publier une enquête erronée sur les 33 ONGs, dans son journal le Maximum. Il estime que, ces organisations fonctionneraient en violation des lois de la République, quoi de plus normal de les fermer.

En réalité, Kabila et son groupe, nous amènent dans le processus de la Nkuruzisation de la RD-Congo - un système qui vise pratiquement la neutralisation de toutes les organisations de la société civile, qui ont une audience dans l'opinion, en instar de ce qui se passe au Burundi.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Debout Congolais
  • : Nous n'avons qu'une seule voie, je souligne; nous devons faire la révolution, nous devons prendre le peuple Congolais, le mettre debout et prendre ce qui reste de notre armée, de notre police, de notre sécurité pour bouter hors d'état de nuire cette structure étrangère( KABILA et son système) qu'on nous à imposé . Les citoyens congolais ont le droit de manifester pacifiquement à propos des limites du mandat présidentiel sans se faire attaquer par des voyous recrutés à cet effet. L’implication apparente de hauts responsables de la sécurité et du parti au pouvoir dans les attaques violentes montre jusqu’où les autorités sont capables d’aller pour stopper les manifestations de l’opposition.
  • Contact

Recherche

Pages